Que faire après une Licence ?

Que faire après une Licence ?

Après 3 ans d’études, la licence est enfin acquise. Le diplôme en poche, il est temps maintenant pour l’étudiant de se demander ce qu’il pourrait faire pour la suite. Souhaite-t-il continuer ses études vers un master ou veut-il plutôt partir à l’assaut du monde professionnel ?
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Continuer ses études après une licence

Le diplôme de premier cycle bac +3 permet déjà d’intégrer le marché du travail. Mais la grande majorité des étudiants choisissent de continuer leurs études dans l’enseignement supérieur. Il peut s’agir d’intégrer l’université, pour obtenir plus tard un master, ou une grande école, par voie de concours ou par le biais des admissions parallèles. 

Obtenir un master

Le master est un diplôme universitaire de niveau bac +5, soit 120 crédits ECTS sur 4 semestres après la licence. Les titulaires d’une licence, d’un bachelor, d’un DEES ou même d’une licence pro peuvent intégrer un master. Pour ce faire, les postulants doivent déposer leur candidature dans les universités, les écoles d’ingénieurs, les écoles de commerce ou les écoles spécialisées qui proposent le type de cursus choisi. Qu’ils soient nationaux, étrangers, professionnels ou autres, le master est accessible à de nombreux profils. Il peut être pris en formation initiale, en formation continue, en alternance ou à distance, selon les possibilités offertes par les établissements. 

Concernant les cours à proprement parler, ils sont dispensés par le corps professoral et l’équipe pédagogique, formés pour la plupart d’enseignants-chercheurs, de professeurs de faculté, d’intervenants de divers horizons et de professionnels de différents secteurs. Quant au choix de la spécialisation, recherche ou professionnelle, elle se fait selon les universités, soit à l’entrée en première année (M1), soit après un tronc commun de deux semestres. En fin de première année, une sélection très exigeante a lieu. Celle-ci comporte un examen du dossier de candidature avec les bulletins de notes les plus récents, un CV, une lettre de motivation ou même une lettre de recommandation ainsi qu’un book. Cette sélection se conclut parfois par un entretien individuel de motivation et des épreuves écrites. Il est aussi possible d’intégrer une seconde année de master à l’issue des admissions parallèles. En gros, le cursus du master comporte des enseignements théoriques et une introduction au travail de recherche. Dans les grandes écoles, les programmes de master recrutent surtout sur dossier de candidature et entretien de motivation.

Il faut aussi retenir que ce programme comprend une grande variété de formations, dont le master en tant que simple grade, le master comme diplôme et les programmes internationaux. Avant d’intégrer un master, il est essentiel de bien faire son choix. Pour ce faire, il faut bien différencier les Masters spécialisés (MS) et les Masters of Science (MSc). Mais en général, les plus recherchés sont le master en management, le master en marketing, le master de droit, le master en finance et le master international. Pour le monde entrepreneurial, le master professionnel comporte un stage en entreprise de 3 mois au minimum. Celui-ci est orienté vers la recherche universitaire et comprend la rédaction d’un mémoire.

Intégrer une école 

Qu’elles soient de commerce, d’ingénieurs ou spécialisées, les écoles sont accessibles via les admissions parallèles. Dans la grande majorité des cas, il est nécessaire de passer par un concours écrit et des entretiens oraux. D’autres établissements recrutent sur sélection de dossier. Cette dernière option, est une aubaine pour ceux qui veulent se spécialiser dans un domaine bien précis et s’éloigner de l’université.

Entrer dans un IEP

La mention Sciences Po ou IEP constitue un avantage certain sur un CV. Après l’obtention d’une licence, il est possible d’intégrer un institut d’études politiques ou IEP. Ces écoles acceptent les titulaires d’un bac +3 et chaque IEP possède ses propres conditions d’admission. Donc, de bons renseignements sont nécessaires avant de se lancer. 

Une admission sur dossier ou concours

L’entrée dans un IEP est évidemment très sélective. Tout d’abord, il faut atteindre un certain nombre de crédits ECTS (180 pour un M1, 240 pour un M2). Ensuite, l’établissement va étudier le dossier du postulant. Celui-ci devra comporter le diplôme, la spécialité suivie et bien sûr les résultats. Les étudiants en droit, administration publique, sciences politiques et sciences sociales ont plus de chances d’intégrer un IEP. Pour autant, rien n’empêche les sortants d’une école de commerce ou d’un autre cursus de postuler. C’est à eux de démontrer qu’ils ont le profil et la motivation nécessaire, surtout si le parcours d’admission prévoit un entretien. En outre, certains IEP exigent l’équivalent d’un semestre à l’étranger (université ou stage long). Pareil aux admissions en 1ère et 2ème année, l’entrée en 4ème année dans un cursus Sciences-Po est très sélective et drastique. Elle comprend des épreuves écrites (dissertation, épreuve de langue, etc.) et/ou un oral d’admission. C’est toujours entre juin et avril que se tiennent ces concours.

Se trouver un emploi après une licence

La licence donne déjà accès à une multitude de postes. Même si elle n’est pas une formation professionnalisante, à l’inverse de la licence professionnelle, plus de 60% des licenciés trouvent un emploi dans l’année qui suit l’obtention de leur diplôme. Pourquoi ? Tout simplement parce que beaucoup d’entreprises jugent que ce genre de profil est plus facile à intégrer selon leurs critères. Au lieu d’embaucher une personne déjà qualifiée et qui sera plus exigeante en matière de missions et de rémunérations, les entreprises pourront créer des employés taillés sur mesure. Hormis les filières scientifiques qui nécessitent de longues études, les autres types de licence sont acceptés dans bon nombre de métiers. On peut citer la licence en droit, la licence en lettres, la licence en économie-gestion, la licence en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), la licence en information communication et la licence en langues étrangères appliquées (LEA).

Se réorienter après une licence

Parfois, il est possible que l’on se trompe dans nos choix. En plein parcours de licence ou déjà détenteur de ce diplôme, certains étudiants se rendent compte qu’ils ont fait un mauvais calcul en intégrant une formation. Malgré tout, il est possible de changer de voie ou de se réorienter vers d’autres formations. Par exemple, un étudiant pourra intégrer une formation décalée qui commence en janvier ou bien rejoindre, toujours en formation décalée, un BTS ou un DUT. Pour cela, il est nécessaire de constituer un dossier solide. Il est aussi permis de se réorienter en école de commerce, bachelor ou licence pro après une licence 2 (bac+2/L2). Enfin, après l’obtention du diplôme, un étudiant peut continuer vers un master qui ne coïncide pas tout à fait avec sa licence. La sélection pour ce dernier cas est cependant plus ardue, car en plus de s’intéresser au parcours scolaire, le projet professionnel de l’étudiant sera aussi scruté attentivement.

La réorientation après une licence est donc possible. Il faut cependant que le projet professionnel de chaque étudiant désirant faire cette manœuvre corresponde bien au nouveau diplôme visé. Le plus important ici est de bien connaitre ses choix. En cas de doute, il est préférable de se faire aider. Premier Cap, en tant que spécialiste de l’orientation et de la réorientation des étudiants et des professionnels peut énormément y contribuer.

Vous pouvez aimer ces articles